Le forum de Geotamtam
Espace de discussion de la communauté des géographes francophones

Accueil » Diffusion » Liste Géotamtam » [geotamtam] Soutenance de thèse Karine Hochart (Etudes urbaines, Chennai, Inde)
[geotamtam] Soutenance de thèse Karine Hochart (Etudes urbaines, Chennai, Inde) [message n° 2839] Thu, 06 June 2019 12:02
Anonyme
Courriel posté par karine hochart

Bonjour à toutes et à tous,

 

J’ai le plaisir de vous inviter à la soutenance de ma thèse de doctorat en Aménagement de l’espace et urbanisme, menée en co-tutelle entre l'UMR CITERES, Université François-Rabelais de Tours, et l'Université Anna à Chennai (Inde), intitulée : 

« L'Adyar n'est pas un long fleuve tranquille. 

Politisation de l'habiter au prisme de l'inondation à Chennai, en Inde du Sud. » 

(résumé ci-dessous)

 

La soutenance aura lieu à Tours le mardi 18 juin 2019 à 9h, en salle polyvalente, au rez-de-chaussée de la Maison des Sciences Humaines (33 Allée Ferdinand de Lesseps à Tours).

 

Le jury sera composé de :

Loraine KENNEDY, Directrice de recherches, CNRS EHESS, CEAIS, rapporteure ;

François MANCEBO, Professeur, Université de Reims Champagne-Ardenne, rapporteur ;

Denis MARTOUZET, Professeur, Université de Tours, co-directeur de thèse ;

Kamala MARIUS, Maitresse de conférences HDR, Université Bordeaux Montaigne, examinatrice;

Marianne MORANGE, Maitresse de conférences HDR, Université Paris-Diderot, examinatrice ;

Ranee VEDAMUTHU, Professeure, Université Anna, Chennai, co-directrice de thèse ;

Laura VERDELLI, Maitresse de conférences, Université de Tours, co-encadrante de la thèse.

 
La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement convié.e.s. Afin de l’organiser au mieux, merci de me confirmer votre présence à l’adresse : hochartkarine@gmail.com  

Au plaisir de vous retrouver le 18 juin,


Karine Hochart
UMR 7324 CNRS– CITERES
Université François-Rabelais de Tours - Université Anna de Chennai (Inde)

----------

Résumé de la thèse :


L'Adyar n'est pas un long fleuve tranquille. 

Politisation de l'habiter au prisme de l'inondation à Chennai, en Inde du Sud.  

L’invention du fleuve, un instrument de pouvoir ? Dans le champ des études urbaines, empruntant à la géographie politique de l’environnement (political ecology), cette thèse s’attache à éclairer les dynamiques d’appropriation « écologisante » d’un espace urbain, la rivière Adyar à Chennai, en Inde du Sud, au prisme de l’inondation de décembre 2015. Brèche dans l’espace social, la catastrophe est un moment de re-spatialisation du pouvoir, où la montée du discours sur l’empiètement (encroachment) du cours d’eau apparaît comme un des dispositifs majeurs du réordonnancement socio-spatial urbain. De frontière morale entre les élites et les résidents de slums, la rivière devient l’instrument de leur mise à distance, reléguant alors les populations pauvres aux confins de l’urbain. Ce replacement va de pair avec la production de sites de relogement périphériques fonctionnant à la manière d’une hétérotopie, selon une logique qui rejoint celle de l’encampement. Afin de rendre compte de ce phénomène de politisation de l’habiter après la catastrophe, deux pans de littérature sont ici rapprochés : celui sur la territorialité et l’habiter, d’une part, et celui sur la gouvernementalité, d’autre part. Cette recherche propose ainsi une lecture spatialisée et urbaine des rapports de pouvoir qui s’exercent autour de l’environnement. En examinant les représentations et modes d’actions des élites envers, ou au nom de la rivière, ce travail éclaire l’instrumentalisation des relations à la rivière visant la mise en ordre et aux normes des rives urbaines. 


Mots-clés : appropriation, rivière, empiètement, inondation, Chennai, Inde, ethnographie, environnementalité



The Adyar is not a long quiet river.  

Politicisation of "inhabiting" the riverbanks through the lens of the floods in Chennai, South India.  

 The invention of the river, an instrument of power? In the field of urban studies, borrowing from political ecology, this thesis aims to shed lights on the "ecologizing" appropriation dynamics of an urban space, the Adyar river in Chennai, southern India, through the prism of December 2015 floods. As a breach in the social space, the disaster is a moment of respatialization of power, where the rise of the discourse on the encroachment on the river appears as one of the major “apparatus” in socio-spatial reordering. From a moral frontier between the elite and the slums' residents, the river becomes an instrument of their distancing, relegating the poor to the confines of the urban. This replacement induces the production of peripheral relocation sites, operating as heterotopies, involving a similar logic to that of encampment. In order to account for this phenomenon of politicization of inhabiting after the disaster, two pieces of literature are brought together here: that on territoriality and inhabiting, on the one hand, and that on governmentality, on the other hand. This research thus proposes a spatial and urban reading of the power relations that are exercised around the environment. By examining the representations and modes of action of elites towards, or in the name of the river, this work highlights the instrumentalization of relations with the river aiming at the ordering and the standardization of te riverbanks. 


Keywords: appropriation, river, encroachment, flood, Chennai, India, ethnography, environmentality







Fil précédent : [geotamtam] Derniers jours résidences secondaires
Fil suivant : [geotamtam] TR : 10 Allocations doctorales DEADLINE 15 JUIN 2019 - Mediating Islam in the Digital Age
Aller au forum :
  


Heure actuelle: Thu Jun 20 11:07:50 CEST 2019